Life, Photographie

Paris au mois d’août

August 20, 2016

C’est mon 2e été passé à Paris, et comme l’année dernière à cette période, je pourrais écrire des poèmes sur combien j’aime Paris au mois d’août.

La ville se vide de ses habitants. Les métros sont beaucoup moins remplis, les restaurants moins bondés, le pas des Parisiens semble plus léger, les rues se dévoilent. On oublie un peu la complainte lancinante qui revient toujours sur le monde fou qui se presse habituellement dans la capitale, et on prend un peu le temps de la redécouvrir au calme.

Je ne connais pas Paris aussi bien que je le voudrais. Habiter en banlieue, c’est le luxe d’avoir un peu moins de foule et un peu plus de nature à portée de main, mais après une semaine de travail à prendre le train tous les jours pour aller bosser, on est beaucoup moins enclin et à y retourner le week-end pour vadrouiller. Et cet été, alors que le départ se rapproche dangereusement, j’ai voulu profiter de cette jolie ville qui ne m’inspirait pourtant plus grand chose il y a quelques mois. Curieux (et, franchement, frustrant) de voir combien je peux m’attacher aux côtés positifs d’une option que je n’ai pas retenue après une décision.

Alors, pendant mes pauses déjeuner, ou après une journée de travail, j’ai eu envie d’aller me balader et de profiter de cette vie parisienne au ralenti. D’aller flâner au marché aux fleurs et aux oiseaux de l’Île de la Cité, un jour béni où il est oublié des touristes et des habitants, et d’être transportée en quelques pas dans une verdure apaisante.

Une autre fois, c’est aux Tuileries que je me suis rendue. L’un des plus jolis clichés parisiens, que je voulais revivre au moins une fois avant de partir. De précieuses minutes de lecture grappillées au milieu de la journée, blottie dans une incontournable chaise verte, à se sentir quand même heureuse là, au milieu de tous ces gens et de toutes ces langues qui s’entremêlent autour du bassin.  Et puis prendre un peu de hauteur, vaincre cette appréhension du premier tour de grande roue, et ouvrir grandes les mirettes car Paris s’étale là devant vous, et s’en tire plutôt pas mal. Ces toits bleus et cette succession de cheminées rouges me touchent bien plus que je ne le pensais, mais derrière mon objectif je souris : août, tu es quand même très chouette.

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply Vic August 20, 2016 at 6:54 pm

    Je vis aussi en banlieue et comme toi, j’ai découvert Paris en Août et quelle ville !
    Tes photos sont magnifiques et tes mots justes.
    Il y a tant de choses à voir et à découvrir dans Paris (comme dans n’importe quelle grande ville je suppose) qu’il faudrait au moins 2 à 3 mois d’excursion pour en faire le tour ^^’

    • Reply Charlie August 20, 2016 at 11:07 pm

      Merci beaucoup ! Effectivement, Paris doit recéler de balades, activités et petits secrets que je suis un peu frustrée de ne pas avoir découverts. Mais le mois d’août sert à ça : prendre le temps enfin de poser un autre regard que celui que l’on pose au quotidien sur cette ville.
      Août devrait vraiment durer plus longtemps que 31 jours. 🙂

  • Reply Aline August 26, 2016 at 11:11 am

    C’est quand même bien joli, Paris *o*
    Merci pour la balade et les belles photos <3

    • Reply Charlie August 27, 2016 at 8:08 pm

      Merci à toi ! On l’oublie un peu quand on la subit tous les jours, mais oui, Paris est jolie quand elle s’y met !

    Leave a Reply