Écriture

NaNoWriMo : un mois pour aligner des mots

October 26, 2017

L’idée se fait peu à peu plus présente depuis quelques semaines : cette année, je vais participer au NaNoWriMo.

Pour ceux qui ne connaissent pas : le NaNoWriMo, alias le National Novel Writing Month, a lieu tous les ans au mois de novembre. Les participants ont 30 jours, et pas un de plus, pour écrire un roman de 50 000 mots. Ils peuvent reprendre un ouvrage qu’ils ont déjà commencé à écrire, commencer un projet de zéro, la seule règle est qu’il faut poser 50 000 nouveaux mots en novembre.

Pourquoi participer cette année ?

Pendant longtemps, j’ai pu avoir la satisfaction de dire que je vivais de ma plume. J’étais payée pour écrire des mots pour les autres, pour raconter des histoires, pour aider les gens à s’immerger dans un univers ou découvrir un produit. Parfois, je pouvais prendre des libertés narratives et jouer avec les mots ; parfois, le référencement et le marketing passaient par là et m’obligeaient à être plus factuelle et sérieuse. Bref, j’étais conceptrice-rédactrice, et tous les jours j’alignais des mots. Alors le soir, quand je rentrais chez moi, j’avais envie de tout sauf de me poser devant un ordinateur et d’aligner de nouveau des mots, même s’ils étaient cette fois plus personnels.

J’ai essayé plusieurs fois de reprendre un peu le contrôle et d’écrire à nouveau pour moi. En 2012 et en 2015, j’ai déjà tenté le NaNoWriMo… et le bilan n’a jamais été très glorieux. En 2012, j’ai certes réussi à atteindre les 32 000 mots, mais avec une histoire de science-fiction qui partait dans tous les sens et qui n’a, au-delà du principe de départ, aucun fondement solide et que je n’ai jamais retravaillée. Et en 2015, j’ai abandonné au bout de 5 000 mots et quelques jours pour une raison simple : je n’étais pas passionnée par mon histoire, et n’avais donc aucune envie de me coller devant mon clavier chaque jour et de la poursuivre.

C’est à chaque fois le même problème : dans ma tête se bousculent des idées de dialogue, de scènes bien précises, assez courtes… que je suis ensuite incapable de développer sur plus long terme, ou de replacer au sein d’une histoire plus globale. En 2015, j’avais en tête quelques scènes parlant de la perte de mémoire, un sujet qui m’est cher et qui me passionne autant qu’il me terrifie. Mais quand j’ai essayé de prendre ces scènes et de les placer dans une histoire opposant un ancien flic qui perd la mémoire à un personnage improbable, un ghostwriter doté d’une mémoire exceptionnelle… Rien n’a fonctionné, mon enthousiasme était retombé, et je ne savais absolument pas où aller. En dehors de ces quelques scènes, je n’avais absolument rien.

Alors cette année, j’ai décidé de fonctionner différemment et d’adapter le NaNo à ma sauce. Puisque je n’ai toujours pas d’idée pour une histoire longue, et encore moins pour un roman, je vais tirer profit de ma manière de fonctionner, et me concentrer sur des textes courts. Chaque jour, j’espère ainsi travailler sur une micro-nouvelle différente, ou sur une scène, un dialogue, qu’il y ait un début, un milieu et une fin au récit ou non, le tout en m’inspirant chaque jour de thèmes différents et de prompts d’écriture que je suis en train de collectionner ci et là avant l’échéance du 1er novembre. Tous ces petits récits n’auront pas forcément de lien entre eux, je n’ai pas encore décidé s’il y aurait un personnage récurrent ou non… L’idée est surtout de m’astreindre à une régularité d’écriture, de faire travailler cette créativité qui semble me déserter dès que j’attaque un projet personnel d’écriture, et, pourquoi pas, d’atteindre ces 50 000 mots élusifs qui me paraissent si imposants et terrifiants.

Alors voilà, j’ai créé mon projet 2017 sur mon profil NaNo, je continue de rassembler des postulats de départ pour des petites histoires ou des scènes (si d’ailleurs vous souhaitez m’en proposer, vous êtes les bienvenus !), je commence à prévoir des plages d’écriture… Novembre approche, et j’espère qu’il sera le plus créatif possible !

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply annso October 26, 2017 at 4:39 pm

    Bonne chance ! Ces textes seront-ils publics ?

    • Reply Charlie October 26, 2017 at 6:14 pm

      Merci !
      J’avoue que je n’ai pas réfléchi à la question, je pense écrire “la porte fermée” en novembre, et décider ensuite de la publication de certains textes qui pourraient être pertinents, ceux écrits avec une contrainte particulière peut-être. (car je pense que des bouts de scène, sans contexte, n’intéresseront pas grand monde à part moi ^^).

  • Reply Candice October 28, 2017 at 11:41 am

    Bon courage et félicitations pour cette initiative ô combien créative!

    • Reply Charlie October 28, 2017 at 12:47 pm

      Merci ! Je me lance sans avoir trop préparé ça, on verra bien ce que ça donnera. 🙂

    Leave a Reply